Voilà une fin de saison éprouvante. Après une lutte acharnée pour maintenir l'état sanitaire de la vigne, force est de constater que la pratique biologique a été bien souvent plus efficace que l'utilisation des produits chimiques au regard de certains de mes voisins. Le Petit Manoir et Barbeyrolle ne se sortent pas trop mal de cette épreuve, avec une perte de 5 à 10% seulement.

Seul inconvénient, il a fallu 11 sorties du tracteur pour protéger le vignoble... même avec le nouveau GNR, moins polluant (quasi pas de soufre et une partie constituée d'huile végétale), on se sent penaud face à la lutte contre la pollution.

Petit point positif quand même, en poids cumulés, les doses de cuivre ne dépassent pas 3kg à l'hectare avec une vigne saine dans une année particulièrement dure... l'homéopathie, ça marche!

Si on se rappelle il y a 10 ans que les doses de cuivre à l'hectare inscrites sur les emballages étaient de 12 kg par traitement! Avec une telle posologie, aujourd'hui avec mes 11 pulvérisations, j'aurais immaculé ma vigne avec 121 kg de cuivre!!!

Le pincement des entrecoeurs est en cours, il ne reste que 20% du vignoble à finir.

Quand à l'expérimentation du BRF, on a fauché l'avoine maintenant devenue mûre et jaune.

Ainsi, l'interrang est recouvert d'un paillage important avec dessous un semis de moutarde qui a déjà germé. Et sous le rang, le BRF est toujours présent. Comme on le voit

la vigne semble bien apprécier ce traitement. Le feuillage est bien développé. Pas de signe de stress hydrique et pas de maladie grave, quelques taches de mildiou sans danger.

Dans la vigne de François qui produit le jus de raisin, il n'y a pas de BRF mais on expérimente juste l'engrais vert fauché non avant la fleur (fauchage classique) mais au murissement

une belle couverture de paille couleur or, protège le sol

La vigne, là aussi semble avoir appréciée avec de belle couleur et un développement ample. Ici aussi, un semi de moutarde a été fait il y a 15 jours, semi qui a déjà germé. Malheureusement, François ayant trainé à relever sa vigne, les traitements n'ont pas pu atteindre facilement les grappes, l'avoine et le feuillage de la vigne faisant écran. Le mildiou sur grappe a été plus agressif avec sans doute une perte de 50% voire 60% de sa récolte.
En bio, il ne faut pas remettre au lendemain... Néanmoins, nous lui donnerons un rang de vigne au Petit Manoir, pour qu'il fasse quand même un bonne quantité de jus de raisin.